Poèmes

La Mort et le Malheureux

par Jules Laforgue

Un malheureux appeloit tous les jours
La
Mort à son secours. «
O mort, lui disoit-il, que tu me semblés belle!
Viens vite, viens finir ma fortune cruelle. »
La
Mort crut, en venant, l'obliger en effet.
Elle frappe à sa porte, elle entre, elle se montre. «
Que vois-je? cria-t-il, ôtez-moi cet objet;

Qu'il est hideux! que sa rencontre

Me cause d'horreur et d'effroi!
N'approche pas, ô
Mort; ô
Mort, retire-toi. »

Mécénas fut un galand homme;
Il a dit quelque part : «
Qu'on me rende impotent,
Cul-de-jatte, goutteux, manchot, pourvu qu'en somme
Je vive, c'est assez, je suis plus que content. »
Ne viens jamais, ô
Mort; on t'en dit tout autant.


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top