Poèmes

La Mort de L'Amour

par Théodore de Banville

Amour

Une nuit j'ai rêvé que l'Amour était mort.
Au penchant de l'Œta, que l'âpre bise mord,
Les
Vierges dont le vent meurtrit de ses caresses
Les seins nus et les pieds de lys, les chasseresses
Qui rêvent sous la lune aux plaisirs de l'Enfer,
L'avaient toutes percé de leurs flèches de fer.

Le jeune dieu tomba, meurtri de cent blessures,

Et le sang jaillissait sur ses belles chaussures.

Il expira.
Parmi les bois qu'ils parcouraient

Les loups criaient de peur.
Les grands lions pleuraient.

La terre frissonnait et se sentait perdue.

Folle, expirante aussi, la
Nature, éperdue

De voir le divin sang couler en flot vermeil,

Enveloppa de nuit et d'ombre le soleil,

Comme pour étouffer sous l'horreur de ces voiles

L'épouvantable cri qui tombait des étoiles.

Laissant pendre sa main qui dompte les taureaux,

Il gisait, l'adorable archer, l'enfant
Eros,

Comme un pin abattu vivant par la cognée.

Alors
Psyché vint, blanche et de ses pleurs baignée ;

Elle s'agenouilla près du bel enfant-dieu,

Et sans repos baisa ses blessures en feu,

Béantes, comme elle eût baisé de belles bouches,

Puis se roula dans l'herbe, et dit : «
O dieux farouches !

C'est votre œuvre, et de vous je n'attendais pas moins.
Je connais là vos coups.
Mais vous êtes témoins
Tous que je donne ici mon souffle à ce cadavre,
Pour qu'Eros, délivré de la mort qui le navre,
Renaisse, et dans le vol des astres, d'un pied sûr,
Remonte en bondissant les escaliers d'azur ! »

Puis, comprimant son cœur que brûlaient mille fièvres,

Dans un baiser immense elle colla ses lèvres

Sur la lèvre glacée, hélas ! de son époux,

Et, tandis que la voix gémissante des loups

Se mêlait aux sanglots lointains du cerf qui brame,

Elle baisa le mort, et lui souffla son âme.

Tout à coup le soleil reparut, et le dieu

Se releva, charmé, vivant, riant.
L'air bleu

Baisait ses cheveux d'or, d'où le zéphyr emporte

L'extase des parfums, et
Psyché tomba morte.

Eros emplit le bois de chansons, fier, divin,
Superbe, et d'une haleine aspirant, comme un vin
Doux et délicieux, la vie universelle,
Mais sans s'inquiéter un seul moment de celle
Qui gisait à ses pieds sur le coteau penchant,
Et dont le front traînait dans la fange.
Et, touchant
Les flèches dont
Zeus même adore la brûlure,
Il marchait dans son sang et dans sa chevelure.

Décembre 1862


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top