L'être a Gué, Alain Borer
Poèmes

L'être a Gué

par Alain Borer

Alain Borer

Forum

Seul à l'aube en lieu sûr le jour dit

Noème

Chants d'oiseaux sur nos tuiles des nuées de sens

Noème

Je sais tout du renard

mais rien du vent

qui m'apporte son odeur

La criée

La statue éclatée

prend corps par jeu d'enfants

à cache-cache autour d'elle

Musée des Études
Enlèvement des jambes au pavillon des États prises sur l'espace

Villa des
Mystères

Été sur le rebord de ma fenêtre

prêt au bond immobile :

les
Ataraxiques

dans le fond du ciel

L'être à gué
La terre est vestige la neige amnistie nous les
Appelants

Pas à pas

Poudre du temps

que le pas lève

pays bientôt porté manquant

Liquide béance

Le soleil peint du lever au coucher

tient au mât

content d'un fût

(Le
Lorrain)

Part de la nuit aux livres

Payse de la nuit

disparue

entre ma lampe et l'aube

Départ de pêche

Barbate de
Franco l'Andalouse jusqu'à l'horizon nul palabre qu'au matin sur la mer un
Diesel

Départ arrêté

Cent fois non mort je voyage à ma guise dans l'actuel au-delà

Passionnaire
Condamné à vie dans ce corps-là je n'en sors qu'en toi

Cours d'amour
Nus au balcon dans la nuit étoilée jusqu'aux fleurs de midi

Je/elle

Invité chez ma mère

j'en sortis en criant

dans cette langue qu'elle me prête



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top