Kelifus poème de Yannis Livadas
Poèmes

Kelifus

par Yannis Livadas

Quand j’écris, je mets le temps à sa place.

Si tu me vois dormir,
Pousse-moi du coude et de toute ton âme.
Mais maintenant face aux prémices
De cette merveilleuse chance,
Je m’attarde au seuil
D’une extraordinaire et lumineuse évidence.
La vie est comme nuque ployée.
Au-dessus de tout,
Le halo déclinant
Sur les pores du baiser enrage aux cimaises du ciel.

Les choses connues et inconnues
Entre la vie et la mort.
Tu vis les deux indivises.
Le temps rend la poésie supérieure au temps,
Mais la poésie prouve que la vie est supérieure à
Elle-même.

Corne d’Auroch !

Tu apparais à travers la boue.
Je vais bientôt t’apercevoir.

Extrait de: 
Magnat De La Mort [Poèmes courts 1997-2011] (Éditions L’ Harmattan, 2017)


Poème publié et mis à jour le: 11 aot 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top