Poèmes

Interstice

par Okba Naji

La ville reste calme
Et les heures s'inscrivent
Sur les pages
D'un cahier d'écolier

Au dehors près d'une rose des sables
Un vieil homme rompant son pain
Écoute fuir les minutes
Et fait l'éloge du printemps
Dans l'épaisseur d'un hiver
Qui ne reviendra pas

Longtemps il guetta
Le sable chuter
Sa douceur infinie
Faudra-t-il qu'il se perde
Au vécu de l'instant
Dans ce trouble éphémère

Les dunes
Marchent entre nous
Le battement d'un coeur
Fluant un ailleurs commun

Et son sommeil guette
Un rêve qui attend
Ce vieillard tremblant
Qui doit quitter la table
Et souffle dans le vide
Jusqu'à ne plus souffrir



Poème publié et mis à jour le: 10 juillet 2018

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top