Poèmes

IL

par Jo Cassen

Amour

Il
Il voit,
Ce petit truc étrange,
Au regard pétillant, au geste échevelé,
Qui s’agite et s’esclaffe,
Un bourgeon étonnant,
Caché derrière un rire
Et des jeux enfantins.

Il peut,
Il croit, il imagine,
La course sur la dune et le roulé-boulé,
Le créateur ardent soulignant chaque forme,
Une muse alanguie ou l’omble qui s’endort,
Puis le vent aux cheveux que rien jamais n’essouffle…
Et ce vide habité de mille chants d’oiseaux.

Il aime,
Ce rêve de gamin où s’enflamme son cœur,
La douce moue espiègle,
Le pas léger qui flotte et ce futur dessein,
De courbes qui hésitent…
Le mot en tâtonnant esquissant le souhait,
Pour suggérer peut-être…

Il veut
Stopper l’évanescence,
Nier le temps d’hier et le temps de demain,
L’harmonie impossible entre ces deux horloges,
Le futur à penser qui ne s’écrira pas,
Il sait qu’il ne peut pas, Il sait tout l’interdit,
Il sait toute la faute, Il sait ce qu’il désire…

Il part,
Le temps compte ses pas, la douleur est muette ;
Le voyage inconnu,
L’extravagant attrait pour vaincre la chimère,
Se noyer, s’engloutir
Et le tout oublier, dans ses yeux disparaître…
L’autre petite mort.

Il fuit,
Comme on s’enfuit d’un rêve ;
Pour renaître demain ; il serre violent,
S’embrase tel un feu, et convulse et suffoque,
Elle susurre « encore », il l’écoute gémir,
Et force la caresse où s’apaisent les spasmes,
Il révèle à l’enfant, de la femme le corps.

Il crie,
Etourdi, enivré, abasourdi, défait,
Il aime comme on aime…
Elle était jouvencelle et tout est prohibé ;
Il est celui qui tremble,
Le voyou pris d’émoi près de celle qui rit,
L’aventure tragique.

Il tait
L’enfer qui le bouscule,
Il a osé franchir le pas de l’interdit,
Transgresser la morale,
En échange du sien,
Imposer un vertige ;
La gamine sourit.

Extrait de: 
Les Araignées ne dorment pas la Nuit (Editions de la Pisselotte)

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top