Poèmes

Idolâtrie

par Andréa AMISADOR

Du peuple, Le meurtrier inhibe la clameur
Le guide, festoiera leur meurtre
Honorant sa dite candeur
A sa perte, le peuple allemand s'est jeté
Que peut on reprocher à celui qui est aveugle
Admirant celui qui de sémites, consuma les lignées
Après avoir trahi sa culture par le crime
Après avoir ,des très grand ,brûlé les livres
Devrai-je en dire plus

De la haine raciales des doyens
Ces suprématistes sont les muses
De la propagande étouffant les cœurs
L'hypocrisie est la sœur
Tandis que le Mal s'amuse
Imbéciles, ils pensent honorer le Bien
Laide vicissitude, quand tu les tiens !

Dans leur croisade contre les races
Pour qu' il n'y ait plus de moulins
N'en déplaise au père au de chevillard et de rossinante
Il faut qu' ils se noient dans le déshonneur
"Eugéniste", l'abîme où se jette l'aryen
Car des paroles libres il présage la cécité
Et La pâleur des lendemains
Ce sera l'erreur ineffable
Ce sera l'horreur qui ne s'efface
La terreur aux creux des mains
Indicible car tous l'acclament

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top