Poèmes

Hommage a Jules Supervielle

par Lionel Ray

C'était une chambre obscure ensevelie sous la mer.
Peut-être ai-je dormi - qui pourrait le dire ?

Les mots lèvres fermées étaient suspendus derrière
Des vitrines entre des bouquets de marguerites noires.

Les morts passaient et repassaient devant nous
Avec des gestes pâles de promeneurs énigmatiques.

Nous écoutions comme on écoute un cœur

Les battements légers de l'horloge.
Nous regardions

Là-bas la ville illuminée : la poésie
Vieillissait dans ses habits d'ouvrière indocile.

Elle avait perdu ses clés comme son ombre.
Elle s'inclinait à distance sur son image aveugle.

Elle était atteinte d'une flèche invisible
Et prise dans les eaux froides.


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top