Gatachrèsës, Michel Deguy
Poèmes

Gatachrèsës

par Michel Deguy

Cette pièce ressemble à un départ de mètres avant le starter; tout l'air est tendu; les tendons des chaises, les avant-bras des fauteuils, les talons de table, les rideaux
d'air, tout est tendu, dans l'attente que la sonnerie se fasse entendre, ta vibration, je bondirais si je t'entends ; je t'attends.

Retournant l'endroit et l'envers, tournant à l'endroit l'envers : ce qu'il attend n'est pas là — visiblement : ce qui n'est pas, ni l'endroit ni l'envers.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top