Élégie Contre les Femmes, Pierre Motin
Poèmes

Élégie Contre les Femmes

par Pierre Motin

À quoi,
Destin sanglant, tient-il que tu n'égales

Le bonheur des mortels à celui des cigales,

N'ayant donné la voix qu'aux mâles seulement ?

Des femmes sans raison le faible entendement,

Par la bouche exprimant ses images frivoles,

Ne pourrait nous tromper par de vaines paroles,

Ne saurait pas mentir, reprocher et crier,

Flatter, feindre, trahir, jurer, injurier.

De là vient la feintise, et la haine, et la guerre,

Et toutes les fureurs qui saccagent la terre,

Car tout le mal qui donne aux mortels du souci

Prend son nom d'une femme et de nature aussi,

Comme peste, langueurs, fièvres, hydropisie,

Avarice, tristesse, envie, jalousie,

Crainte, furie, horreur, vengeance, ambition :

Le nom de femme est propre à toute passion.

La mort même, des maux le dernier et le pire,

Est femme, et comme telle à toute chose aspire.

ô femme, dont l'aspeâ, aux mortels déleétable

Autant comme la haine, est toujours redoutable,

Vous aimez en vipère, et ceux que vous baisez
S'avancent au sépulcre où vous les conduisez!
Ou bien la pauvreté, la douleur, et la honte,
Accompagnent toujours ceux dont vous faites conte,
Insensés et trop vains d'embrasser les premiers
Vos corps, qui ne sont rien que de vivants fumiers !
Vos tresses en serpents aux tombeaux sont changées,
Et de votre œil sorcier les fleurs sont outragées.
L'oiseau qui du soleil sent les pures ardeurs,
Qui s'immole, mourant, sur un lit plein d'odeurs,
Et son plumage d'or de cent couleurs émaille,
Apparaît plus souvent qu'une femme qui vaille.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top