Poèmes

Egolios

par Paul Eluard

Paul Eluard

J'entends encore la voix

Ainsi viendra veiller ton oiseau familier

Sur des milliers d'yeux clos

Mon oiseau c'est la chouette
Aux entournures de déesse
La vraie tueuse des couleurs
La chouette au regard précis
Dans la terre meuble de ses plumes

J'y gagne il me la fallait attentive
Au peuple que je réunis.


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top