Poèmes

Ecce Iterum Crispinus

par Paul Verlaine

Paul Verlaine

Rod, ce maître des élégances,
Genevois fringant et flûte
Au prix, flagrances et fragrances.
De qui
Brummel est un raté.

Rod qu'on surnomme
Alcibiade
De
Berne à
Lucerne et d'Uri
Jusqu'en
Bâle,
Rod un peu fade.
Ce
Rod ineffable a souri.

Paraît-il, de ma mine affreuse-Ment peuple et sans nul galbe exquis
Comme aussi de la malheureuse
Absence en moi du ton marquis.

Du verbe
Watteau (sauf en rimes).
Du je-ne-sais-quoi polisson
De bonne compagnie, escrimes
De mots, enfin de cet air..., son

Air à lui,
Rod qui si bien mêle

La science à l'urbanité

Et ne trouve pas de rebelle

Aux champs non plus qu'en la cité...

Ô maître, tu me vois confondre
Par ton verdict, en quel émoi !
Et je ne puis que te répondre :

— «
Je suis un honnête homme, moi ! »



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top