Poèmes

Distraction

par René-François Sully Prudhomme

René-François Sully Prudhomme

À mon insu, j'ai dit : « Ma chère »
Pour « Madame », et, parti du cœur,
Ce nom m'a fait d'une étrangère
Une sœur.

Quand la femme est tendre, pour elle
Le seul vrai gage de l'amour,
C'est la constance naturelle,
Non la cour ;

Ce n'est pas le mot qu'on hasarde,
Et qu'on sauve s'il s'est trompé,
C'est le mot simple, par mégarde
Échappé...

Ce n'est pas le mot qui soupire,
Mendiant drapé d'un linceul,
C'est ce qu'on dit comme on respire,
Pour soi seul.

Ce n'est pas non plus de se taire,
Taire est encor mentir un peu ;
C'est la parole involontaire,
Non l'aveu.

À mon insu j'ai dit : « Ma chère »
Pour « Madame », et, parti du cœur,
Ce nom m'a fait d'une étrangère
Une sœur.

Extrait de: 
Les vaines tendresses (1875)



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top