Poèmes

Dieu ! Qu'on est malheureux

par Jean-Michel Bollet

Dieu ! Qu’on est malheureux quand le bonheur nous quitte
Et pour le ramener, on se fait pardonner
De ses folies passées : de sa dette on s’acquitte
En coupant le gâteau pour une part donner

A cet ami si sûr qui sut si bien nous suivre
Dans tous nos errements, nos erreurs de parcours,
Langue pendante, front ridé, rouge oeil, teint cuivre
Alors qu’il lui fallut exclure un départ court.

L’esprit veut tout trop vite et le corps s’habitue
Au dessert, au fromage et au café-liqueur
Avant la valse en queue-de-pie mais l’habit tue
Son porteur ingénu qui se voyait vainqueur.

Le bonheur est beaucoup plus exigeant qu’on pense :
Le matin, il sourit et le soir il défend
De poursuivre ainsi une inutile dépense
A chercher en nos seins les restes d’un enfant

Dont les premiers pas sont portés par chaque artère
Et par chaque goutte de sang née en dedans
Qui court vite et fluide avec un caractère
Que n’importune pas une poussée de dents.

Il est bien là depuis notre plus tendre enfance
A se manifester quand on lui tend la main
Qu’il saisit ainsi qu’un garçonnet sans défense
Attentif à ne pas s’éloigner du chemin.

Le bonheur sait souffler sa chaleur quand on pleure
Et aspirer le frais quand la bouche sourit,
Ne prend pas rendez-vous et quelle que soit l’heure
Pour donner la becquée à un cœur mal nourri.

Mon dieu qu’on est heureux quand le bonheur retourne
A la maison où il fut parfois maltraité ;
Maintenant qu’on le tient, évitons qu’il détourne
Les écrits non signés au tacite traité.



Poème publié et mis à jour le: 10 fvrier 2018

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top