Poèmes

Destinée Éphémère

par Ahmed Khettaoui

Destinée éphémère

Par Ahmed Khettaoui/Algérie

Même si nous salissons les murs, les sapins des
Mon âme côtoie l’argile de son tombeau . voisins
Même si nous falsifions l’appel du muezzin
Mon parcours éteint son flambeau
Même si nous agitons l’amertume du « divin »
le fossoyeur atteint son dessein .
même si les pieux réagissent autrement
même si on peint le seuil des ténèbres
le trépas guette la peur des mourants .
à quoi bon glorifier les idoles et les « célèbres ». !!?
L’agonie ne reflète que ses bourgeons :
ne sème que nos mœurs et nos destins .
A quoi bon s’accrocher à une destinée éphémère.
A quoi bon fructifier cette ultime vérité
A quoi bon sublimer nos péchés ancrés dans notre terre .
Cloués par un jalon, qui tenaille notre leurre
Puisque que la tombe reste notre demeure,
Puisque le sable ronge comme un rat notre honneur
Au fond des ténèbres …
Depuis le temps d’ Adam et d’ Eve ,
La mule est toujours ,restée veuve .. !!!
pourquoi simplifier ,en vain, notre ère .
Car, nul ne peut échapper aux affres de la mort
Messieurs , dames, dites - moi, si j’ai tort .
Je retire ma jacasserie de mes dires ..
Et je gomme ces délires
Toutefois,. je professe ma pénitence
Car à la soixantaine , tout doit frémir
Jambes lourdes, et blême endurance.
Où est-elle ma convenance .. ?
Où est-elle ,en ce monde , ma présence. ?
Où est-elle l’assurance ???
Hélas , la santé est en vacance ..
De quoi payer mes redevances
Gagées dans mon linceul .
Que d’irriguer , alimenter ma bienfaisance .
Ou se soumettre aux ordres du cercueil .
Par mesure de sagesse …
Par mesure de clémence
Par mesure de mon timide passage
Par mesure d’une stricte vigilance
Il faut que je règle mes créances
Et rendre ce que j’ai bu !!
Sinon je me prive de son jus ..
Paradis souhaité dernier lieu eternel ..
Désirez- vous déguster son arôme et son vin ?
Ici ou là-bas…tout est Saint !!
Indulgents, non croyants ,… bienveillants
Je m’excuse si je partage cette éventuelle amnistie.
Hélas …hélas ,grands- pères et « mamies »
Hélas, hélas , mes frères , mes amis(es) mes copains
Musulmans , chrétiens ,bouddhistes, juifs ou païens.
Il fut un temps
J’avais que vingt ans ..
Comme Aznavour a déjà proclamé:
« Du meilleur et du pire
En jetant le meilleur
J'ai figé mes sourires
Et j'ai glacé mes pleurs
Où sont-ils à présent
A présent mes vingt ans ? »(1)
Note/
1) « Hier encore » texte Charles Aznavour .

Extrait de: 
Même si nous salissons les murs, les sapins des Mon âme côtoie l’argile de son tombeau . voisins Même si nous falsifions l’appel du muezzin Mon parcours éteint son flambeau

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top