Comptine des Civilisations, Jean Tardieu
Poèmes

Comptine des Civilisations

par Jean Tardieu

Jean Tardieu

Pigeon vole voici voilà voici la veuve voilée harpe des douleurs fleurie et transpercée
Vierge ou
Niobé.

Voici voilà en la arena

le taureau qui s'est arrêté

il ne sera pas mis à mort

le public le torero

dans un verre d'eau se sont noyés.

Pigeon hibou vautour vole vol à l'immensité un fémur renversé un osselet de pierre pour prier pour siffler.

Le
Sphinx
Janus
Uranus je ne sais quels dieux trouvés abandonnés oubliés inconnus mais révérés.

Les ruines l'ossuaire civilisations éteintes les cités imaginaires inhumaine vérité bien au-delà de la
Terre s'endorment dans les stellaires monastères ministères cimetières.

Poussière poussière poussière lumière désert étoile.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top