Poèmes

Chemin Creux

par Eric Dubois

Saison sèche de sifflements secs
D’un vent omniscient
Tu

Balaies le pas de ta porte
Une serviette éponge ton front
Tu

Chantes dans la cuisine doucement
Et le transistor chante aussi
Tu

Mets dans le bain l’enfant
Qui chante
Tu

Dis quelle belle journée
La loco tremble sur ses bases
Cahote doucement

Les voyageurs de la Bastille
Sont comme des bannières
De cendre dans le soleil blanc

Masques mortuaires d’un bel
Eté
Tu

Caresses les cuivres
Et vides les cendriers
Tu

As pour compagnie
Les cris de l’enfant
Et la danse des arbres

Plantés dans l’asphalte
Et les couleurs
Du potager

Extrait de: 
« Le canal »  Editions Le Manuscrit

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top