Poèmes

Ce que les Géants Sont Devenus

par Victor Hugo

Victor Hugo

Il songe au fier passé des puissants terrigènes,
Maintenant dispersés dans vingt charniers divers,

Vastes membres d'un monstre auguste, l'univers ;

Toute la terre était dans ces hommes énormes ;

À cette heure, mêlés aux montagnes sans formes,

Ils gisent, accablés par le destin hideux,
Plus morts que le sarment qu'un pâtre casse en deux.

Où sont-ils ? sous des rocs abjects, cariatides

Des
Ténares ardents, des
Cocytes fétides" ;

Encelades a sur lui l'infâme
Etna fumant ;

C'est son bagne ; et l'on voit de l'âpre entassement
Sortir son pied qui semble un morceau de montagne ;

Thor est sous l'écueil noir qui sera la
Bretagne ;

Sur
Anax, le géant de
Tyrinthe,
Arachné

File sa toile, tant il est bien enchaîné ;_

Pluton, après avoir mis
Kothos dans l'Érèbe,

A cloué ses cent mains aux cent portes de
Thèbe ' ;
Mopse est évanoui sous
PAthos, c'est
Hermès
Qui l'enferme ; on ne peut espérer que jamais
Dans ces caves du monde aucun souffle ranime
Rhœtus,
Porphyrion,
Mégatlas, Évonyme ;

Couché de tout son long sous le haut mont
Liban,
Titlis souffre, et, saisi par
Notus, vil forban,
Scrops flotte sous
Délos, l'île errante et funeste ;
Dronte est muré sous
Delphe et
Mimas sous
Prœneste ;
Cœbès,
Géreste,
Andes,
Béor,
Cédalion,

Jax, qui dormait le jour ainsi que le lion,

Tous ces êtres plus grands que des monts, sont esclaves,
Les uns sous des glaciers, les autres sous des laves,
Dans on ne sait quel lâche enfer fastidieux ;
Et
Prométhée' !
Hélas ! quels bandits que ces dieux !

Personne au fond ne sait le crime de
Tantalel ;
Pour avoir entrevu la baigneuse fatale,

Actéon fuit dans l'ombre' ; et qu'a fait
Adonis ?
Que de héros brisés !
Que d'innocents punis !
Phtos repasse en son cœur l'affreux sort de ses frères ;

Star dans
Lesbos subit l'affront des stercoraires ;
Cerbère garde
Ephlops, par mille éclairs frappé.
Sur qui rampe en enfer la chenille
Campés ;
C'est sur
Mégarios que le mont
Ida pèse ;
Darse endure le choc des flots que rien n'apaise ;

Rham est si bien captif du
Styx fuligineux
Qu'il n'en a pas encor pu desserrer les nœuds ;
Atlas porte le monde, et l'on entend le pôle
Craquer quand le géant lassé change d'épaule ;
Lié sous le volcan
Liparis, noir récif,

Typhée est au milieu de la flamme, pensif.
Tous ces titans,
Stellos,
Talémon,
Ecmonide,
Gcs dont l'œil bleu faisait reculer l'euménidel(l.
Ont succombé, percés des flèches de l'éther",
Sous le guet-apens brusque et vil de
Jupiterl.

Les géants qui gardaient l'âge d'or, dont la taille

Rassurait la nature, ont perdu la bataille.
Et les colosses sont remplacés par les dieux.
La terre n'a plus d'âme et le ciel n'a plus d'yeux ;
Tout est mort.
Seuls ces rois épouvantables vivent.

Les stupides saisons comme des chiens les suivent,
L'ordre étemel les semble approuver en marchant ;
Dans l'Olympe, où le cri du monde arrive chant.
Où l'étourdissement conseille l'inclémence,
On rit.
Tant de victoire a droit à la démence.

Et ces dieux ont raison.
Phtos écume. -
Oui, dit-il,
Ils ont raison.
Eau, flamme, éléments, air subtil,
Vous ne vous êtes pas défendus.
Votre orage
N'a pas eu dans la lutte affreuse assez de rage ;
Vous vous êtes laissés museler lâchement.

Le mal triomphe ! -
Et
Phtos frémit. Écroulement !
Tous les géants sont pris et garrottés.
Que faire ?
Il songe.


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top