Poèmes

Barbare

par Aime Césaire

Aimé Césaire

C'est le mot qui me soutient

et frappe sur ma carcasse de cuivre jaune

où la lune dévore dans la soupente de la rouille

les os barbares

des lâches bêtes rôdeuses du mensonge

Barbare

du langage sommaire

et nos faces belles comme le vrai pouvoir opératoire

de la négation

Barbare

des morts qui circulent dans les veines de la terre

et viennent se briser parfois la tête contre les murs de nos

oreilles

et les cris de révolte jamais entendus

qui tournent à mesure et à timbres de musique

Barbare

l'article unique

barbare le tapaya

barbare l'amphisbène blanche

barbare moi le serpent cracheur

qui de mes putréfiantes chairs me réveille

soudain gekko volant

soudain gekko frangé

et me colle si bien aux lieux mêmes de la force

qu'il vous faudra pour m'oublier

jeter aux chiens la chair velue de vos poitrines



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top