Poèmes

Ballade de la Belle Heaulmière aux Filles de Joie

par François Villon

AmourFrançois Villon

«
Or y pensez, belle
Gantière
Qui m'escoliere soûliez estre,
Et vous,
Blanche la
Savetiere,
Or est il temps de vous congnoistre.
Prenez a destre et a senestre ;
N'espargnez homme, je vous prie :
Car vielles n'ont ne cours ne estre,
Ne que monnoye qu'on descrie.

«
Et vous, la gente
Saulciciere
Qui de dancier estre adestre,
Guillemete la
Tapiciere,
Ne mesprenez vers vostre maistre :
Tost vous fauldra clorre fenestre ;
Quant deviendrez vielle, flestrie,
Plus ne servirez qu'ung viel prestre,
Ne que monnoye qu'on descrie.

«
Jehanneton la
Chapperonniere,
Gardez qu'amy ne vous empestre,
Et
Katherine la
Bourciere,
N'envoyez plus les hommes paistre :
Car qui belle n'est, ne perpètre
Leur maie grâce, mais leur rie.
Laide viellesse amour n'empestre.
Ne que monnoye qu'on descrie.

«
Filles, vueillez vous entremettre
D'escouter pourquoy pleure et crie :
Pour ce que je ne me puis mettre,
Ne que monnoye qu'on descrie. »


Que Pensez-Vous de ce Poème?

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top