Poèmes

Baisers

par Jacques Tahureau

Ne vois-tu pas comme l'Aurore,

Cette envieuse, recolore

Desja d'un éclat jaunissant

L'avant jour partout blondissant ?

Hélas ! hélas ! que peu me dure

Cette tant heureuse avanture !

O combien m'est court le déduit

De cette tant mignarde nuit !

Puis doncques que le jour nous presse,

Adieu, ma petite maîtresse,

Adieu, ma gorgette et mon sein,

Adieu, ma délicate main,

Adieu donq, mon teton d'albâtre,

Adieu, ma cuissette folâtre,

Adieu, mon oeil, adieu, mon coeur,

Adieu, ma friande douceur !

Mais avant que je me départe,
Avant que plus loin je m'escarte,
Que je taste encore ce flanc
Et le rond de ce marbre blanc.
Tu pleures, hé !
Ma douce folle,
Tends moy les bras que je t'accolle,
Et que pour ton dueil apaiser
Je te donne encore un baiser...



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top