Avent, Paul Verlaine
Poèmes

Avent

par Paul Verlaine

«
Dans les
Avents », comme l'on dit
Chez mes pays qui sont rustiques
Et qui patoisent un petit
Entre autres usages antiques,

«
Dans les
Avents les côs ' chantont, »
Toute la nuit, grâce à la lune «
Clartive » alors, et dont le front
S'argente et cuivre dès la brune

Jusqu'à l'aube en peu d'ombre, et ces
Chante-clair, clair comme un beau rêve,
Proclament jusques à l'excès
Le soleil... qui plus tard se lève,

Trop tard pour ceux qui sont reclus
Au poulailler, tout comme une âme
Ne tendant que vers les élus.
Dans le
Péché, prison infâme,

Et comme une âme les bons coqs
Vigilants, tels qu'au temps de
Pierre,
Souffrent, mais, en dépit des chocs
D'ombre, chantent, et l'âme espère.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top