Aux Portes D'aerea, Philippe Jaccottet
Poèmes

Aux Portes D'aerea

par Philippe Jaccottet

L'heureux temps.
Chaque cité était une grande famille que la peur unissait; le chant des mains à l'œuvre et la vivante nuit du ciel l'illuminaient.
Le pollen de l'esprit gardait sa part d'exil.

Mais le présent perpétuel, le passé instantané, sous la fatigue maîtresse, ôtèrent les lisses.

Marche forcée, au terme épars.
Enfants battus, chaume doré, hommes sanieux, tous à la roue !
Visée par l'abeille de fer, la rose en larmes s'est ouverte.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top