Poèmes

Aux Âmes Mortes

par Jacques Gourvennec

J’entends le battement
De nos veilles horloges
Un son mat résonne
Et couvre une fissure

L’ardent feu sans brûlure
Illumine des nimbes
Porte à nos devenirs
Un halo de raisons

Laissons là nos bagages
L’aumône du partir
Offrons des paysages
Au-delà les saisons

Reviens-moi sous ton châle
Étoffer ma retraite
Faire chanter les cigales
Absentes dans ma tête

Ici depuis longtemps
L’âme des pierres sèches
Roule un air du temps

La poésie se meurt…
Nous conte une morale…
Un chant de muselières
Aux sentences verbales

Le creusé du langage
Brûle aux stances tronquées
Sans phrases de relève

Le poète s'en va, des poésies qui crèvent
Déjà un vent du large, souffle en vers défaits
Un temps des âmes mortes, fermé de tous nos yeux

Extrait de: 
poète sale type



Poème publié et mis à jour le: 27 janvier 2013

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top