Attendre et se Souvenir, François Mauriac
Poèmes

Attendre et se Souvenir

par François Mauriac

L'heure passe sur moi, plus lente
Qu'un lourd charroi sur un chemin.
Je t'attends.
Je sais que l'attente
Demeure mon unique gain.

Elle ronge l'enfant de
Sparte,
Cette heure que mon sang nourrit.
Mais, dès que tu m'auras souri.
Je désirerai que tu partes.

Les faibles mains de ma jeunesse
Soutenaient l'amour sans effroi.
Aujourd'hui, qu'obtenir de toi,
Qui ne me tue ou ne me blesse ?

Mais dans les coussins — vaine proie
Que je n'ai pas su retenir —

Je creuse une place à ma joie
Pour t'attendre et me souvenir.

Que je t'attende ou me souvienne.
Alors seulement je t'étreins.
Ta présence mettait un frein
A ma fureur plus que païenne.

Prends en pitié ces yeux fuyants

Et ces mains qui me demandaient grâce :

Comment te regarder en face,

O dur visage éblouissant !

Mais que ton image perdue
Leurre ce cœur mourant de faim !
Mais, où ta chair fut étendue.
Que ma chair attende sa fin !

Mieux que dormir, mourir sépare
Et toute chair et tout amour —
Même si l'ami de
Lazare
Les ressuscite au dernier jour.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top