Poèmes

Air de Biniou

par Jules Laforgue

Non, non, ma pauvre cornemuse,
Ta complainte est pas si oiseuse ;
Et
Tout est bien une méprise,
Et l'on peut la trouver mauvaise;

Et la
Nature est une épouse
Qui nous carambole d'extases,'
Et puis, nous occit, peu courtoise,
Dès qu'on se permet une pause.

Eh bien ! qu'elle en prenne à son aise,
Et que tout fonctionne à sa guise 1
Nous, nous entretiendrons les
Muses.
Les neuf immortelles
Glaneuses!

(Oh! pourrions-nous pas, par nos phrases,

Si bien lui retourner les choses,

Que cette marâtre jalouse

N'ait plus sur nos rentes de prise ?)


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top