Poèmes

Adieux

par Caroline Baucher

le temps, assis sur un banc, caresse ses yeux :
sa jeunesse, frivole, inonde son ceour :
sous la pluie d'or de tous ses songes silencieux
se réveillent ses jeunes années de bonheur

elles dansent, si insouciantes,
et le parfum de leur rire embaume ses heures
désormais dénudées de toues les splendeurs
de la beauté incandescente

son oeil,laiteux et hagard, s'est déjà voilé
sur tous ces instants qu'il aurai tant voulu
éternel ; dans un dernier regard pétrifié,
il a enterré ses souvenirs perdus.

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top