À Madame de Bazauges, Clément Marot
Poèmes

À Madame de Bazauges

par Clément Marot

De
Fortune trop âpre et dure
Peut trop souffrir un pauvre corps,
Si par parole ne met hors
La cause pourquoi il endure.

Mais sous constante couverture

On peut bien déclarer les sorts

De
Fortune.

D'en dessirer robe et ceinture,
Crier et faire tels efforts,
Tout cela ne sert de rien fors
A plus indigner la nature
De
Fortune.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top