Poèmes

A ma Femme

par Paul Verlaine

Paul Verlaine

Grande amie, aujourd'hui l'épouse de mon cœur,

Toi qui fis mon délice en mes jours de langueur,

Or, maintenant quelque force m'est revenue

Et je puis défier la tentation nue.

Rose et
Noire en dehors de toi, bien entendu,

A qui mon corps, vaillant et douloureux, est dû,

Tout mon corps et toute mon âme et tout cet être

Qui t'approche aujourd'hui, ton servant mais son maître,

Et communie en toi par tels tours innocents.

Désormais,
Reine
Légitime de mes sens,

Que te voici car
Dieu nous veut voir, car il aime

A nous voir toujours, avec ou sans emblème,

Unis, ce qui nous fait des anges à ses yeux;

Tout, aussi bien, nous tient de liens précieux,

Tout nous a mariés, ta maturité même.

Epanouie exprés en une fleur suprême.
Et ce même passé, souvent à déplorer.
Luxures, trahisons, qu'il faudra réparer.
Et surtout ce malheur qu'en sainte tu partages
D'un courage charmant par quoi tu t'avantages,
Ce malheur tout physique où je suis, tout moral
De là d'où tu plaças ton vraiment auroral
Et comme virginal mode de m'ëtre bonne,
Ne le cédant en exactitude à personne
Que dis-je ? toujours là, près du triste chevet
Où l'on crut par moments que mon sort s'achevait.
Oui, tout nous fiançait, tout fit les justes noces
De notre avenir calme après les chocs atroces
Où nous usions la chair et l'esprit, en enfants
Vieillis que nous étions déjà, fous, triomphants
D'un reste de jeunesse encor bien usurpée :
Mais qui se sert du fer périra par l'épée !
Heureusement que sur moi seul le mot divin
S'accomplit presque sous tes yeux. —
Mais il est vain
De parler.
Agissons.
Usons de patience
D'abord.
Il le faut bien.
Puisque l'âpre science
Et l'âpre maladie, en leurs mornes combats,
Me piétinent, champ de bataille aux mille pas.
Et puis, soyons joyeux, ou plutôt sois joyeuse,
Toi dont la joie éperle une gamme soyeuse.
Moi je suis résigné, presque content, content.
Comblé, puisque tu vas m'en sourire d'autant.
Ah ! nous serons heureux mieux qu'avant : la sagesse...
Raisonnable est bien là pour nous faire largesse
D'un bonheur jusqu'au bout au lieu de ce plaisir
Où tu te méfiais et qui m'était désir
Pur et simple, avec bien, pourtant, déjà la flèche
Au cœur d'une amour étonnée et pure et fraîche-Mais tout cela c'est du futur...
Vite au présent.
Nous !
Et puis, te voilà de tes yeux apaisant
Ma fièvre, avec ma main sur ta main qui s'y laisse.
Embrassons, de bras lents, — acomptes et promesse !


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top