Poèmes

A la Mort

par Clément Marot

Las, or cst-il à sa dernière danse,
Où toi, la
Mort, lui as fait sans soûlas
Faire faux pas et mortelle cadence,
Sous dur rebec sonnant le grand hélas.
Quant est du corps, vrai est que meurtri l'as,
Mais de son bruit, où jamais n'eut frivole,
Maulgré ton dard, par tout le monde il vole,
Toujours croissant, comme lys qui fleuronne.
Touchant son âme, immortelle couronne

Lui a donné celui pour qui mourut ;

Mais quelque bien encor que
Dieu lui donne,
Je suis contraint par amour, qui l'ordonne,
Le regretter, et maudire
Baruth.


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top