à la molle saison poème de Jacques Ceaux
Poèmes

à la molle saison

par Jacques Ceaux

à la molle saison

L'été n'y est plus
on dîne au chaud
ça sent lentement
des feux de soupe

fond de filet à notes
un souffle au saxo
un feutre de soirée
ombres si douces

nos mains éclairent
comme un halo de
cette lumière jaunie
du temps resté clos

on sait poser nos lèvres
sur des vins d'armoire
des alcools au miel
en sentir la gaieté

la maison s'allonge
elle a des mimiques
convenues des signes
aux coussins canapé

maintenant un piano
là, dos si rond
effiloche un bout
de temps s'approche

les mains s'ouvrent
de nuit où brille
la soie des couvertures
à la molle saison.

l'heure à 3 sonnets

Le sable rouge
coule dans ta main
chaque grain fin
roule à tes lignes

force toi à entendre
le freu-freu continu
ce son presque sourd
de ton jour qui fuit

écoute tout ouvert
tout ce qu'il contient
TOUT à chaque grain

rien n'est ailleurs
immense et riquiqui
sonne comme pareil !

*

le grain s'observe
charnu tu le crèves
du jus de la sève
un drôle de brouet

ça sent sueur d'être
odeur bancale banale
pour commencer mal
j'ai déjà vu déjà passé

et tu insistes en têtu
pour trouver la piste
pour découvrir l'idée

c'est ténu mais ça ressort
un objet indéterminé c'est
lui tout l'or, ton seul projet

*

Que vais-je en faire
comment l'apprivoiser
du coucher au lever
chaque jour recommencer

par 1,2,3 et A,B,C
vaincre ma sottise
repousser ma vanité
sculpter dans la remise

à forger tant d'obscurité
la tête basse à ahaner
plié plein de crevasses

enfin tenir dans sa paume
polie de nuit la croix ultime
le merveilleux du grain de vie.


Poème publié et mis à jour le: 25 mai 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top