A Herminie, Jules Verne
Poèmes

A Herminie

par Jules Verne

Tu dis que mon amour s'efface,
Et que mon cœur se fait tout noir,
Que pour toi je deviens de glace ;
Mon âme, amie, est un miroir
Qui réfléchit ce qui s'y passe !...
Regarde, tu pourras t'y voir !

Je te vois tout en larmes :
Dis-moi, mon bel enfant,
D'où viennent tes alarmes ?
Ce que l'on te défend ?

Ta peine est bien amère !
Pour apaiser tes pleurs,
Veux-tu toutes ces fleurs
Ou les bras de ta mère ?



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top