A Adrien Remacle, Paul Verlaine
Poèmes

A Adrien Remacle

par Paul Verlaine

Paul Verlaine

Votre femme chantait délicieusement
De très anciens vers miens par vous mis en musique, —
Vers sans grande portée idéale ou physique.
Mais que la voix était exquise et l'air charmant !

Si bien que j'entrais dans un grand étonnement,

Moi le lassé qui rêve d'être un ironique,

D'ainsi revivre sensuel et platonique.

Quoi, sensuel ?
Vraiment ?
Platonique ?
Comment ?

Ah ! quand jeune j'étais ainsi !
Tiens, tiens.
Possible,

Après tout.
Oui, rêvasseur et mauvais sujet.

Ma tête alors désirait et ma chair songeait.

Mais j'admire, moi le blasé (mais l'impassible,

Non !) j'admire combien la sympathie et l'art

Évoquèrent l'enfant-presque au quasi-vieillard.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top