Voyage

par Ali Sidqi Azaykou

J'ai répondu de nouveau

à l'appel de la route

laissant ici les roses se flétrir

dans le vent et la froidure

les oubliant

alors qu'elles ont éclos dans mon sang

Les jours se dévident

La braise s'est éteinte

et n'est plus que cendres

Mon cœur s'est usé

de nostalgie

J'aspire à moi-même

et ne peux quitter ma place

L'hier et le lendemain

m'entraînent

L'aujourd'hui n'est que regret

Sans fin

Les larmes

sont le prix du départ

Le chant décline et meurt alors que le souvenir s'estompe dans le cœur

| |

  [    ]  suiv. >  dernier >>