Ne Dis Jamais que C'est ton Dernier Chemin

  • print

par Tristan Janco

Tu as vu tes frères opprimés
Abaissés, piétines

Tu as vu la souffrance et la désespérance
Des enfants amputés d'avenir

Tu n'as plus voulu que l'on plie
Que l'on demande pitié
Que l'on mendie un croûton de pain
Que l'on accepte les talons qui écrasent
Que l'on porte le regard des vaincus

Et, pour dénoncer les crimes abominables

Contre ton peuple enchaîné

Menacé d'extermination

Tu t'es levé pour lutter

Tu es devenu l'étendard de la révolte !

Avant de livrer ta dernière bataille

En
Estonie, où tu es tombé en héros

Où ta brève vie s'est arrêtée

À l'âge de vingt-deux ans

Tu as légué à tes frères des ghettos voisins

De
Vilné, de
Lodz et de
Varsovie

Ton plus beau chant d'amour

Aussitôt devenu l'hymne de la résistance et de

L'Organisation
Juive du
Combat,

L'hymne qui a guidé
Mordecaï
Anielewicz

Et tous les combattants des ghettos

Ton appel a été entendu, l'heure est arrivée
Tes camarades ont répondu présent
Ils ont chanté debout, fusils en mains
Ne dis jamais que c'est ton dernier chemin !

| |

<< premier  < prec.  [    ]  suiv. >  dernier >>