Poèmes

Les Amours, Ix

par Clovis Hesteau de Nuysement

Œil, bel œil, ornement des hommes et des dieux, Œil qui ciel, terre, et mer, d'un seul clin illumine : Œil duquel ce grand œil qui luit par la machine,
Emprunte chaque jour ses beaux feus radieux,

Œil qui peut rendre clairs les enfers ténébreux, Œfl pour qui nuict et jour par l'obscur je chemine, Œil qui peut asservir toute grandeur divine,
Par l'esclair enchanté d'un rayon gracieux :

Œil bel œil qui bruslez et nourissez mon ame, Œil bel œu qui dardez mainte amoureuse flame :
Au plus profond de moy esgarant ma raison,

Si vous m'avez blessé servez moy d'un
Achille,
Si estes mon venin d'un scorpion utile,
Faisant naistre en mon mal ma propre guarison.


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top