Poèmes

LE MORBIDE MOBILE ET SES DISCOURS

par Minod Alain

LE MORBIDE MOBILE ET SES DISCOURS

La vitesse brosse la plaie des morts
Que l'on « embaume » puis que l'on enterre
Ah ! Ces gentils généreux de caractères !!
Mais c'est fini ! Qu'on oublie tous ces corps !

Basses œuvres pour la sécurité
Et manœuvres pour allécher les arts
Avec du « festin » la plus basse part
Tout cela est appelé « liberté »

Bientôt on pleure dans le « saint office »
Où se loge notre « tendre » Pouvoir :
« Oui ! Assez de ceux qui veulent savoir
Oui ! Ces morts furent un saint sacrifice ! »

A peine mort un très bon créateur
On cause – vite … Suit un lourd silence
A peine a-t-on posé sa vraie valeur
Qu'on lui oppose toute la vraie science :

Morbide « mobilité » : ses discours
Agitant la tête de ces peureux
Qui font « la fête » pour sembler heureux
Oui ! La pensée est rare dans ces cours !

Le « collet monté » montre incongrûment
Que son pouvoir franchement exulte
Interpellant les jeunes : « Soyez adultes ! »
Eux qui voulaient savoir si on leur ment

Qui chante fort comme dans Elseneur -
Jouant la guerre des « désespérés »
Mais s'arrangeant des « phalanges » parées
Qui font semblant de lui porter malheur ?

Tout se précipite ! Qui vend ses armes
A des royaumes tenus pour cruels ?
Qui achète pétrole aux criminels ?
Le Prince ! Voulant nous « sauver des drames »

Trois petits tours et la messe est donc dite
Peu importe taper sur les musulmans
Si on sait qui le fait innocemment
Restent leurs prières qui seront maudites

Restent « les grands manitous » de la haine
Le Prince parle amour et paix des âmes :
Vite – vite sinon on perd ses armes :
Sus à tout rebelle ! O La bonne veine !

Les temps s'avancent vite – ils se divisent
Les hachis de promesse ? C'est fini
Gâchis des bonimenteurs ? Infini
L'étranger – le rebelle le pauvre on vise !

Victor ! O Notre ami ! Sors de ta tombe
Jette un œil sur l'exil et la misère !
Qui souhaite qu'ils aillent au trou – en enfer ?
Victor sait : ceux pour qui la Justice incombe !

Mais le Prince sacrifie ces bons juges
Il construit le régime d'exception … :
L'idéal pour détourner l'attention
De ce pourquoi les pleins pouvoirs – s'adjuge

Bref ! Plus il force à ce « beau consensus »
Plus les vrais cons sentiront qu'on les suit
Même si l'on tombe en une profonde nuit -
Le bruit que cela ferait qu'on le susse !

Donc éloges gratuits pour « morts honorables »
Petit oiseau pour garder la vedette !
Pardi ! « Viva La Muerte » ! Pas de dette !
Mais il est si bien de paraître aimable !

Ainsi va la vie et son cours tranquille
Les avis divergent ? « On est unis »
Peu importe celui qui toujours nie !
On le met au placard comme en une île

Voilà ! Les morts par ces temps ont bon dos
En les trafiquant tant « avec conscience »
C'est du Prince et ses cours la seule science
Pour leur gamme d'oppressions au bon do

Cependant connaissent-ils la musique ?
Cela ne fait rien ! Voilà la police
Qui – aux ordres – fait toujours peau lisse !
Tiens ! Boulez ! Vite une « bombe amnésique » !!

Tag:Tag:

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top