L'éternel Sot, Paul Verlaine
Poèmes

L'éternel Sot

par Paul Verlaine

L'éternel sot qui fut jadis
Fréron
Et maintenant se nomme
Brunetière '
Mériterait une ode tout entière
Pour l'exécration du fanfaron !
Du fanfaron de bêtise au ronron
Affreux de chat pire que de gouttière.
Mais non, un dur sonnet en étrivière
Suffît pour châtier tel lourd baron

Du snobisme actuel comme de l'autre
Et le voici pour l'autre et pour le nôtre.
Le voici pour le nôtre, hélas ! surtout.
Car il n'est pire pédant pour déplaire
Que celui qui, méprisable à tout bout
De champ, nous insultait en
Baudelaire.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top