Eve

par Charles Péguy

Charles Péguy

Jésus parle.


O mère ensevelie hors du premier jardin,
Vous n'avez plus connu ce climat de la grâce,
Et la vasque et la source et la haute terrasse,
Et le premier soleil sur le premier matin.

Et les bondissements de la biche et du daim
Nouant et dénouant leur course fraternelle
Et courant et sautant et s'arrêtant soudain
Pour mieux commémorer leur vigueur éternelle, '

Et pour bien mesurer leur force originelle
Et pour poser leurs pas sur ces moelleux tapis.
Et ces deux beaux coureurs sur soi-même tapis
Afin de saluer leur lenteur solennelle.

Et les ravissements de la jeune gazelle
Laçant et délaçant sa course vagabonde,
Galopant et trottant et suspendant sa ronde
Afin de saluer sa race intemporelle.

Et les dépassements du bouc et du chevreuil
Mêlant et démêlant leur course audacieuse
Et dressés tout à coup sur quelque immense seuil
Afin de saluer la terre spacieuse.

Et tous ces filateurs et toutes ces fileuses

Mêlant et démêlant l'écheveau de leur course,

Et dans le sable d'or des vagues nébuleuses

Sept clous articulés découpaient la
Grande
Ourse...


Heureux ceux qui sont morts pour la terre char-Mais pourvu que ce fût dans une juste guerre, [nellc,
Heureux ceux qui sont morts pour quatre coins de

[terre.

Heureux ceux qui sont morts d'une mort solennelle.

Heureux ceux qui sont morts dans les grandes batailles,
Couchés dessus le sol à la face de
Dieu.
Heureux ceux qui sont morts sur un dernier haut lieu,
Parmi tout l'appareil des grandes funérailles.

Heureux ceux qui sont morts pour des cités charnelles,
Car elles sont le corps de la cité de
Dieu.
Heureux ceux qui sont morts pour leur âtre et leur
Et les pauvres honneurs des

maisons paternelles, [feu,

Car elles sont l'image et le commencement
Et le corps et l'essai de la maison de
Dieu.
Heureux ceux qui sont morts dans cet embrassement,
Dans l'étreinte d'honneur et le terrestre aveu.

Car cet aveu d'honneur est le commencement

Et le premier essai d'un éternel aveu.

Heureux ceux qui sont morts dans cet écrasement,

Dans l'accomplissement de ce terrestre vœu.

Car ce vœu de la terre est le commencement

Et le premier essai d'une fidélité.

Heureux ceux qui sont morts dans ce couronnement

Et cette obéissance et cette humilité.

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans la première argile et la première terre.

Heureux ceux qui sont morts dans une juste guerre.

Heureux les épis mûrs et les blés moissonnés...

Mère voici vos fils qui se sont tant battus.

Qu'ils ne soient pas pesés comme
Dieu pèse un ange.

Que
Dieu mette avec eux un peu de cette fange

Qu'ils étaient en principe et sont redevenus.

Mère voici vos fils qui se sont tant battus.

Qu'ils ne soient pas pesés comme on pèse un démon.

Que
Dieu mette avec eux un peu de ce limon

Qu'ils étaient en principe et sont redevenus.

Mère voici vos fils qui se sont tant battus.

Qu'ils ne soient pas pesés comme on pèse un esprit.

Qu'ils soient plutôt jugés comme on juge un proscrit

Qui rentre en se cachant par des chemins perdus.

Mère voici vos fils et leur immense armée.

Qu'ils ne soient pas jugés sur leur seule misère.

Que
Dieu mette avec eux un peu de cette terre

Qui les a tant perdus et qu'ils ont tant aimée.

Mère voici vos fils qui se sont tant perdus.

Qu'ils ne soient pas jugés sur une basse intrigue.

Qu'ils soient réintégrés comme l'enfant prodigue.

Qu'ils viennent s'écrouler entre deux bfas tendus.

| |

<< premier  < prec.  [    ]