Complaintes Amoureuses, Christine de Pisan
Poèmes

Complaintes Amoureuses

par Christine de Pisan

Doulce dame, vueillez oïr la plainte

De ma clamour; car pensée destraintte

Par trop amer me muet a la complainte

De mon grief plour

Vous regehir, si ne croiez que faintte

Soit en nul cas; car friçon, dont j'ay mainte

Et maint grief dueil me rendent couleur tainte

Et en palour.

Chiere dame, dont me vient la dolour,

Par qui
Amours trembler, en grant chalour,

Me fait souvent, dont j'ay vie et coulour

Par fois estaintte.

Mon piteux plaint ne tenez a folour,

Pour ce qu'en vous il a tant de valour;

Car je sçay bien, du dire n'ay couleur,

Mais c'est contrainte.

Dame sanz per, et sanz vous decevoir

Il m'est besoing de vous faire assavoir

De mon tourment amoureux tout le voir;

Car amours fine

Sy m'y contraint pour faire mon devoir.

Hé! dame, en qui il a plus de savoir

Qu'il ne pourroit en autre dame avoir,

La droitte mine,

Ou tout bien croist, se comble et se termine.

Helas! le mal qui occist et affine

Mon dolent cuer et ma vie decline,

Apercevoir

Vueilliez un pou, ou dedens brief termine

M'estuet morir; se par vous medecine

Je n'ay, par quoy mon malage deffine,

Je mourray voir.

Et mors fusse certes pieça de dueil;

Mais garison vo trés doulz riant oeil,

Par leur plaisant et gracieux accueil

Si doulcement

Me promettent, quant, en plaisant recueil,

Leur amoureux et trés doulz regart cueil,

Dont torner font souvent en aultre fueil

Mon marrement;

De nulle part n'ay confort autrement.

Dame, or vueilliez, s'il vous plaist, liement

Et bouche et cuer accorder plainement

A leur doulz vueil,

Et se d'accort ils sont entierement,

Vous m'arez mis et trait hors de tourment,

Et de vivre a tousjours joyeusement

Dessus le sueil.

Mais de mon mal je ne m'ose a nul plaindre;

Car mieulz morir je vouldroie ou estaindre

Que regehir, tant me sceust on contraindre,

La maladie

Que j'ay pour vous, ne comment j'aim sanz faindre,

Fors seulement a vous que je doy craindre,

Car mesdisans doy doubter et recraindre

Et leur boisdie;

Mais, fors a vous, n'avendra que le die;

Quant autrement sera,
Dieu me maudie!

Mais, belle, a vous n'est droit que je desdie

Par moy reffraindre

Ce qu'Amours veult que souvent vous redie

Trés humblement a chiere acouardie,

Pour moy garir du mal dont je mendie,

Viegne a vous plaindre.

Helas! ma trés aourée deesse,

Et ma haulte souveraine princesse,

Ma seule amour, ma dame, ma leece,

Qui reclamer

Me fault souvent en ma poignant destrece,

Ne prenez pas garde a la grant haultece

De vous envers ma foible petitece,

Mais a l'amer

Que j'ay pour vous, qui me fait las clamer,

Et tant de plours et de larmes semer,

Et comment je vous vueil toudis amer

Comme maistrece,

Servir, doubter, obeïr et fermer

En vostre amour, et toudis confermer

A vo bon vueil, sanz ja m'en deffermer,

Pour nulle asprece.

Mais j'ay doubte qu'en vain tant me travail;

Car je sçay bien, dame, que trop pou vail

Pour si hault bien, et croy bien se g'y fail

Ce yert par despris,

Mais s'il vous plaist a daignier prendre en bail

Mon povre cuer que vous livre et vous bail,

Je sçay de vray que se je ne deffail

Ou mort ou pris,

Que je pourray par vous monter en pris,

En qui tous biens sont parfais et compris,

Et en qui puet a toute heure estre pris,

A droit detail,

Los et honneur; en quoy seray apris

Par vous, si bien que ne seray repris

D'avoir failli, se je puis, ne mespris,

Se si hault fail.

Ha! hay dolens! mais trop me desconforte

Esperance, qui en mon cuer est morte,

Soventes fois, dont trop grief doulour porte

Et trop grant rage,

Quant je repense a la trés haulte sorte

Dont vous estes, par quoy doubt que la porte

D'umble pitié pour mon bien sera torte

Chose et ombrage;

Mais
Amours vient après qui m'assoage

Et me redit par si trés doulz langage

Que jadis ot
Pymalion de l'ymage

De pierre forte

Vray reconfort de l'amoureux malage,

Par lui servir de trés loial corage,

Et vraye amour, ouquel trés doulz servage

Tout bien enorte.

Helas! dame, puisque
Pymalion,

Aussi
Pirra et
Deücalion,

Ains que fondé fust le noble
Ylion,

Amolierent

Pierres dures, n'ayez cuer de lyon

Et sanz pitié vers moy; ains alion

Noz deux vrays cuers et ne les deslion

De leurs jointures

Jamais nul jour pour nulles aventures;

En loiaument amer soient noz cures,

Et noz amours savoureuses et pures

Apalion,

Si bien que les desloiales pointures

De mesdisans, et leurs fausses murmures,

Ne nous soient ne nuisables ne sures,

Si nous celion.

Et vous vueille, ma dame, souvenir

Que de ce fait ainsi ne puist venir

Com retraire j'oÿ et maintenir

Que il avint

D'un vray amant qu'Amours si voult tenir

En ses durs las et tant lui maintenir,

Que hors du sens lui convint devenir,

Et a tant vint

A la parfin que morir lui convint

Par trop amer, mais pour riens qu'il avint

A sa dame nulle pitié n'en vint,

Ne retenir

Ne le daigna n'en vie soustenir,

Ainçois le voult la crueuse banir

D'environ soy pour lui du tout honnir,

Dont mort soustint.

Mais le dolent amant trés douloreux,

Gitant sangloux et plains mausavoureux,

Quant vint a mort par piteux moz aireux,

D'entente pure

Moult supplia aux dieux a yeulz plureux,

Que de celle qui le tint langoureux,

Par qui moroit dolent maleüreux,

De mort trop sure

Encor vengiez peust estre de l'injure

Qu'elle lui fait, et sentir tel pointure

Lui donnassent que fust com pierre dure,

Mal doulcereux,

Son corps cruel toudis comme estature,

Dont les dames en ycelle aventure

Se mirassent, qui n'ont pitié ne cure

Des amoureux.

Adonc fina le las a tel hachée;

Mais n'ot en vain sa priere affichée;

Car bien ont puis les dieux sa mort vengée,

Et quant en terre

On le portoit, la felonne approchée

De la biere s'est, lors fut accrochée,

Car tel pitié s'est en son cuer fichée

Et si la serre,

Que, tout ainsi com fouldre chiet grant erre,

Celle enroidi et devint une pierre

De marbre blanc; encor la puet on querre

La accrochée.

Ainsi les dieux qui aux amans fait guerre

Vengence en font; pour ce vous vueil requerre

Dame, pour
Dieu, qu'en ce vostre cuer n'erre,

Dont mal en chée!

Ne me devez doncques bouter arriere

Combien qu'a moy si haulte honneur n'affiere,

Quant en penser n'ay en nulle maniere

Chose villaine,

Ne ne croiez, dame, que vous requiere

Ne que jamais en ma vie je quiere

Chose nulle dont vostre honneur acquiere,

Soiez certaine,

Blasme en nul cas ne nulle riens mondaine

Ou vostre honneur ne soit entiere et saine,

Ma doulce amour, ma dame souveraine,

Et la lumiere

De mon salut qui me conduit et meine

A joyeux port, trés noble tresmontaine,

Ne vueilliez pas vers moy estre hautaine

N'a ma priere.

Et s'il vous plaist, trés belle, a ottroier

Moy vostre amour, sanz la me desvoier

Et que j'aye si trés noble loier

Par vous servir,

Je vous promet a du tout emploier

Et cuer et corps, et moy tout avoier

A vous servir sanz jamais anoyer,

Pour desservir

Si hault honneur: je m'y vueil asservir,

Et loiaulté vous promettre et pleuvir;

Et quant ainsi m'y vueil du tout chevir,

M'en envoier

Honteux et maz par escondit ouïr

Ne me vueilliez, pour ma vie ravir,

Et pour mes jours faire tost assovir,

N'en plours baignier.

Or y pensés, pour
Dieu, trés belle née,

Dame d'onnour en ce monde ordonnée,

Pour ma plaisant joyeuse destinée,

De qui je port

Emprainte ou cuer, toute heure de l'année,

La trés plaisant face escripte et signée,

Et vo beauté parfaicte et affinée,

Et le doulz port

De vo gent corps, lequel est le droit port,

Ou joye maint et plein de doulz aport,

En qui je prens mon savoureux deport;

Et deffinée

Soit ma dolour du tout et tel raport

Vo trés doulz oeil, a qui je me raport,

Me facent tost que tout mon mal enport

En brief journée.

Trés doulce flour, de qui fault que j'atende

Le doulz vouloir, a vous me recommande

Trés humblement et vo cuer pri qu'entende

M'umble requeste,

Et a garir mon mal amoureux tende

Humble pitié, qui envers moy s'estende,

Si que soulas qu'ay tout perdu me rende

Et joye et feste.

Adonc sera souvie ma requeste,

Et m'esperance amoureuse et honneste.

Si pry a
Dieu qu'a ce vous face preste,

Et vous deffende

De tout anuy, et vous doint sanz arreste

Tous voz desirs et longue vie preste

A vo beau corps, et puis a l'ame apreste

Legiere amende.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top